Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer


Ardente Patience

d'Antonio Skàrmeta

Adaptation et mise en scène :

Michael Batz

d'après le roman et la pièce d'Antonio Skàrmeta

Traduction : François Maspero (L'Arche éditeur)

Musiques originales de Wladimir Beltran et Léo Mélo

Chansons de Victor Jara, Violeta Parra,
Rolando Alarcon, Sergio Ortega, …

Collaboration artistique Véronica Rodriguez,
Sarah Labrin, Valérie Suner

Création lumières Romuald Lesné

Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer


Avec

Pablo Neruda Jean-Paul Zennacker

Le facteur Frédéric Kontogom

Béatriz Gonzalez (la jeune fille) Olivia Barreau

Rosa Gonzalez (la mère) Nadine Servan

Le télégraphiste, un pêcheur, un policier ... (distribution en cours)

Le Député Labbé, un pêcheur, un soldat, un policier Léo Mélo

Les figures du proue ont été crées par les lycéens du Lycée Adolphe Cherioux à Vitry-Sur-Seine

Coproduction

L'apostrophe, Scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise, La Compagnie Yorick, Cartoucherie, Théâtre de l'Epée de Bois

Ardente Patience Flyer


Résumé

Dans son refuge de poète à Isla Negra, Pablo Neruda est l’unique client du facteur Mario Jiménez. Leurs rapports se changent en amitié et Mario demande à Neruda de lui enseigner l’art de la poésie afin de conquérir l’amour de la belle Beatriz González. Le poète l’aide, mais la mère de Beatriz, se méfie de la poésie et s’oppose à la romance.

Les amoureux gagnent, Salvador Allende remporte les élections, Neruda obtient le prix Nobel. La pièce suit la monté de l’Unité Populaire jusqu’à la tragédie finale : la mort du poète, du président et de la démocratie chilienne.

A la fois émouvante et faussement légère, profonde et extrêmement drôle : une comédie qui se transforme en tragédie, une histoire d’amour qui devient une histoire de perte. La mise en scène de Michael Batz met comme toujours en avant la musique et les images d’une manière cinématographique.

L'AUTEUR Antonio Skàrmeta

Antonio SkàrmetaAntonio Skàrmeta est né à Antofagasta au Chilie en 1940.

Jusqu'à son émigration forcée en 1973, il a enseigné la littérature latino-américaine à l'université de Santiago. Il a passé ses années d'exil à Berlin, comme professeur à l'Institut du cinéma.

Skàrmeta a écrit des romans, des récits et des scénarios, dont J'ai rêvé que la neige a brûlé, le Cycliste de San Cristobal, la Rébellion, T'es pas mort !, Les Noces du poète (Prix Médicis).

Le Grand Prix du festival de Biarritz lui a été attribué en 1983 pour Ardente Patience (réalisateur et scénariste).

Ce roman a également été adapté au cinéma par Michael Radford en 1998, sous le titre Il Postino (Le Facteur). Le texte est publié en livre de Poche aux Éditions de L’Arche.

Il est également l'auteur de scénario de Non, le film de Pablo Larrain sur le plébiscite contre Pinochet, qui a connu un très grand succès cette année, en France et ailleurs.

Après le retour de la démocratie au Chili il a été nommé ambassadeur du Chili en Allemagne. Aujourd'hui il vit à Santiago.

Ardente Patience Flyer

OEUVRES

El entusiasmo, 1967, récits.

Desnudo en el tejado, 1969, récits.

Tiro libre, 1974, récits.

Soñé que la nieve ardía, 1975, roman.

Novios y solitarios, 1975, récits.

No pasó nada, 1980, roman.

La insurrección, 1982, roman.

Ardiente Paciencia, 1985, roman.

Matchball, 1989, roman.

La composición, 1998, nouvelle.

EL cartero de Neruda, 1995, roman, ed Plaza y Janés.

La boda del poeta, 1999, roman.

La chica del trombón, 2001, roman.

El baile de la victoria, 2003, roman.

Dieciocho kilates, teatro, estreno el el 25 de junio de 2010 en el Festival Internacional de Teatro de Napoli.

Un padre de pelicula, 2010, roman. (Traduction française : Un père lointain).

Los dias del Arcoiris, 2011, roman.

Note d'intention

Le défi que représente le texte d'Antonio Skàrmeta repose sur son caractère à facettes multiples : il est à la fois émouvant et faussement léger, profond et extrêmement drôle. Une comédie qui se transforme en tragédie, une histoire d'amour qui devient une histoire de perte, une lamentation sur ce qui aurait pu être.

Ecrite il y a à peine 10 ans après le coup d'état au Chili, la pièce était d'abord un acte de résistance poétique, la mémoire encore fraiche dans les esprits , elle faisait partie de la lutte du peuple chilien contre la dictature. Aujourd'hui le texte a grandement mûri : Il est devenu « Shakespearien « par son ampleur , son mélange des genres (comédie et tragédie), et par ses personnages mémorables, aussi bien les principaux que les plus petits ; dans sa façon géniale de développer la petite histoire sur fond de la Grand Histoire!

Maintenant donc, ce spectacle donne au public l'occasion de tirer les leçons d'un passé récent, en sauvant de l'oubli un morceau de l'Histoire que certains aimeraient occulter.

Antonio SkàrmetaIl est tout à fait significatif que l'adaptation cinématographique récente (Le Facteur, 1996, par Michael Radford) ait complètement édulcoré et transformé le récit en brochure touristique haute en couleurs. En le déplaçant dans l'Italie des années cinquante, ce film a privé l'histoire de son arrière-plan historique et politique : la véritable force du livre de Skàrmeta repose sur le fait que les événements se déroulent sur la toile de fond du Chili d'Allende et trouvent leur soudaine fin tragique dans le coup d'état de Pinochet. L'humour exceptionnel et la profonde poésie de la relation entre Neruda et le facteur ne deviennent vivants que grâce à cet arrière-plan. Le film ne s'intéressait qu'à l'histoire d'amour en oubliant ce qui est au centre du livre, c'est-à-dire la manière dont le facteur entre en relation avec le poète. L'évolution de Mario reflète, après tout, les possibilités et opportunités qui s'offraient pour la première fois au peuple chilien à ce moment-là. Ainsi, le film a détruit toute la poésie véritable et l'aspect comique de la pièce de Skármeta. Nous souhaitons au contraire rendre tout cela vivant pour le public, avec toute la subtilité et la dialectique du récit, en nous concentrant, comme l'auteur, sur une histoire très humaine qui permet de faire entrer presque imperceptiblement, mais avec d'autant plus de force, des thématiques plus vastes.

Le conflit sur l'extradition de Pinochet il y a quelques années , son retour « miraculeux », et aujourd'hui les procédures judiciaires au Chili contre les bourreaux de la dictature - et spécialement le mouvement des jeunes étudiants et lycéens, n'ont pas seulement renouvelé l'intérêt du public pour le Chili, mais prouvent à nouveau que l'histoire n'est jamais finie, quoi qu'on puisse en dire aux USA.

Très récemment le député Labbé (un des personnages de la pièce), était écroué. Et le gouvernent chilien a formellement reconnu la possibilité que Pablo Neruda ait été assassiné !

Il est donc très juste que la dernière image de la pièce montre Beatriz tenant une pancarte sur laquelle se trouvent la photo de Mario et ces mots : « ¿Dónde están? » (« Où sont-ils? »).

Cet projet est aussi une réaction de protestation contre toutes les tentatives de réécrire l'histoire pour les nostalgiques de la dictature, qui aimeraient trainer Allende dans la boue, déboulonner sa statue (qui venait à peine d'être érigée a Santiago, alors que les vieux autocrates comme Alessandri sont là depuis plus d'un demi siècle sans que personne ne dise rien). Une «pièce» récente d'une troupe pseudo-punk chilienne, justement huée en Avignon il y a un an, sponsorisée par des sociétés impliquées dans le coup d'Etat, a bien montré, comme l'a dit Brecht, « le ventre est encore fécond d'où a surgi cette bête immonde »

Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer


Il s'agit aussi d'un projet très personnel de plusieurs façons : quand j'ai, pour la première fois, travaillé avec Isabel Allende il y a quelques années, nous parlions de notre amour pour Pablo Neruda. Elle m'a raconté qu'en l'interviewant, il lui disait : « vous êtes une très mauvaise journaliste, vous inventez tout, devenez romancière, et l'invention deviendra une vertu. » Je lui ai confié que j'avais autrefois copié un de ses poèmes dans une lettre d'amour à une amie. Isabel a ri et s'est mise à me parler de ce superbe roman et de la pièce d'Antonio Skàrmeta, en disant : « Michael, tu devrais la monter, c'est tellement proche de ton cœur, et du mien ! »

J'ai attendu longtemps l'occasion de suivre son conseil. Mais, maintenant ce projet devient, en France, une première étape vers la création française de La Maison aux esprits, le roman d'Isabel Allende que nous avons adapté ensemble pour le théâtre. Mais en même temps c'est aussi une étape pour ma tout prochaine création, mon premier Shakespeare en France ! – mon adaptation des deux parties de HENRY IV en une seule soirée, intitulée FALSTAFF. Le souffle shakespearien de Skàrmeta a facilité mon choix.

J'ai beaucoup d'amis chiliens, qui ont tous perdu des proches - torturés, assassinés ou tout simplement disparus pendant le coup d'état et la dictature de Pinochet. Il y a beaucoup de Mario, et maintenir en vie la flamme de leur souvenir est aussi une des raisons, sinon la principale, de la réalisation de ce projet.

Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer


Notes de mise en scène

Mon point de départ a été le roman de Skármeta dans la traduction de François Maspero, qui a été adapté pour la scène par moi-même, et cela en partie pendant le travail avec les acteurs. Le roman a été écrit par Skàrmeta après sa pièce, celle-ci ne représente donc qu'une esquisse ; le roman est naturellement bien plus riche, détaillé et plus poétique. J'ai bénéficié largement de mon rencontre avec Antonio à Santiago.

Je me suis efforcé de transformer le récit le plus souvent possible en scènes, dialogues, actions et images, mais j'ai maintenu l'élément narratif, ce qui a permis de garder quelques passages descriptifs pour leur valeur poétique ou d'ironie dramatique. Cette narration est toujours donné a Neruda lui-même, faisant de lui notre « entremetteur »…ainsi que les musiciens qui jouent les petits rôles.

Le décor est un dispositif composite qui permet de représenter à la fois la maison de Neruda, le café, ainsi que les autres lieux tels que la plage, la poste et le chemin qui sert de circulation pour Mario en vélo. Le décor suit les principes du théâtre Élisabéthain. C'est un décor beau et épique, qui rappelle autant les éléments de la maison de Neruda à Isla Negra (les figures de proue, les coquillages… mais aussi la falaise et la mer !), que le « plateau de destin » de Piscator.

Antonio SkàrmetaAvec ma scénographe, j'ai tenté de m'inspirer d'un réalisme poétique en utilisant en partie des éléments issus de la maison surprenante de Neruda sur l'Ile Noire – par exemple les figures de proue, dont Neruda faisait collection, une métaphore superbe pour la pièce.

La production entière est fondée sur un réalisme qui intègre de manière emphatique les éléments poétiques et magiques.

En se concentrant sur les relations humaines à travers lesquelles se raconte l'histoire, elle a réussit à créer des images chargées d'émotion profonde et de beauté. Les scènes s'enchaînent sans aucune rupture, comme dans un montage cinématographique, sans noirs ni longs changements de décor aidées par les éléments musicaux.

La musique joue donc un rôle important, soit en accompagnement de certaines scènes à la manière du cinéma, soit en utilisant des chansons. Il y a énormément de chansons de cette période historique du Chili, composées par de grands compositeurs tels que Víctor Jara (assassiné quelques jours après le coup d'état) Violeta Parra et Rolando Alarcón.

Nos musiciens Wladimir Beltran et Leo Melo, sont experts dans cette musique et ils jouent avec un talent qui insuffle des émotions authentiques. Certaines chansons ont été composées par eux à l'occasion de cette création.

Antonio SkàrmetaIl y a beaucoup de chansons sur des poèmes de Neruda, un matériau particulièrement précieux. De même, un certain nombre de poèmes de Neruda font partie intégrante du texte.

La distribution présente quatre rôles principaux :

Pablo Neruda, Mario le facteur, Beatriz González, Rosa la mère de Beatriz.

Les autres rôles tels que le député Labbé, Don Cosme, des pêcheurs et des soldats sont interprétés par nos comédiens-musiciens.

Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer

Ardente Patience Flyer


Michael Batz - Parcours Artistique

Michael Batz

Après des études universitaires à Cologne et à Birmingham, ainsi qu'à la Royal Academy of Dramatic Art, Michael Batz a commencé sa carrière de metteur en scène au Old Vic de Bristol, avant de s'installer à Londres. C'est là qu'il fonde sa compagnie Yorick Internationalist Theatre, la seule troupe de théâtre internationale de Grande-Bretagne, formée d'artistes du monde entier, exilés ou réfugiés pour nombre d'entre eux. Avec Yorick, il a monté de nombreux spectacles provocateurs et stimulants, dont de nombreuses créations d'auteurs inédits en Grande-Bretagne.

Il a travaillé en contact étroit avec des auteurs comme George Tabori, Bernard-Marie Koltès, Heiner Müller, Gabriel Garcia Marquez, Isabel Allende et Dario Fo, mettant en scène de nombreuses créations de leurs œuvres, étant souvent le premier à apporter ces pièces sur la scène britannique. Tous ces auteurs sont devenus des amis proches, et certains comptent parmi les parrains de La Compagnie Yorick. Un des premiers grand succès de Michael Batz a été sa production au Festival d'Édimbourg (où elle fut récompensée) de la dernière pièce de Federico Garcia Lorca, Comedia Sin Titulo, cinquante ans après l'assassinat de l'auteur. Par la suite, il a remporté d'autres succès dans ce festival avec ses productions des pièces de George Tabori, dont Mein Kampf-Farce. Michael Batz a également travaillé à Moscou et Haifa.

À ce jour, la plus importante création de Michael Batz a été la première mondiale de la version scénique de La Maison aux esprits, le grand roman d'Isabel Allende sur le Chili, qu'il a adapté avec l'auteur et qui a abouti à une extraordinaire production épique en deux parties, racontant, avec émotion, cette histoire importante.

Michael Batz et Isabel Allende

Michael Batz et Isabel Allende durant les répétitions de LA MAISON AUX ESPRITS

Michael Batz a installé sa compagnie en France depuis 2001, où il réalise désormais ses créations. Il a dirigé des ateliers professionnels dans plusieurs centres dramatiques nationaux, dont un stage AFDAS au Théâtre Gérard Philipe de St Denis. Il a été conseiller artistique de Christian Schiaretti sur sa production de Mère Courage et d' Adel Hakim sur la Commedia dell'Arte pour Les Jumeaux vénitiens de Goldoni au Théâtre d'Ivry.

Au printemps 2003, il fait sa première création en France, La Femme Fantôme de Kay Adshead, à l'apostrophe - Scène Nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise et au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis – CDN. Ce spectacle a été repris au Théâtre Gérard Philipe pour un mois après avoir été jouée à la fête de l'Humanité. La pièce a été ensuite jouée au Théâtre Vidy-Lausanne en Suisse pour un mois fin 2003 et au Festival Européen de Stuttgart en Allemagne. Plus d'une centaine de représentations : TN de Toulouse, CDN de Limoges, scène nationales de Guadeloupe, Bar-le Duc et Cergy-Pontoise… tournée CCAS… 3 représentations spéciales seront jouées pour le quartier de la goutte d'or au Lavoir Moderne Parisien en novembre 2007.

Michael Batz et George TaboriGeorge Tabori avec Michael Batz et Bertold Brecht

Il a créé également à l'occasion du trentième anniversaire du coup d'état contre Salvador Allende le spectacle Chanson pour le Chili, collage de textes de Pablo Neruda et Victor Jara, au Théâtre de L'Épée de Bois à la Cartoucherie le 11 septembre 2003 et à L'apostrophe scène nationale de Cergy Pontoise et du val d'Oise en 2004. (Le spectacle a ensuite tourné : Festival d'Avignon, Nîmes, Forum Culturel Blanc-Mesnil…)

Il a mis en scène Fragments d'Humanités, écrit par 10 auteurs, Aurélie Filippetti, Nathalie Fillion, Carole Frechette, Mohamed Kacimi, Susana Lastreto, Fabrice Melquiot, Eddy Pallaro, José Pliya, Jean-Pierre Simeon, et Elsa Solal, - une commande créée à l'occasion des 100 ans du journal L'Humanité, à la Fête de l'Humanité en 2004 et au Forum Culturel du Blanc-Mesnil, Théâtre d'Auxerre, à la scène nationale d'Albi et pour deux semaines au Théâtre International de Langue Française à Paris.

En mars 2005, il met en scène Une Ardente Patience d'Antonio Skarmeta, adapté de sa pièce et de son roman par M. Batz, à la scène nationale de Cergy-Pontoise pour un série de représentations. Reprise la saison suivante à L'apostrophe pour une deuxième série.

Michael Batz et Dario FoDario Fo et Michael Batz en répetition
de Fabulazzo Osceno

Michael a mis en scène la création belge de La femme fantôme au Théâtre de Poche à Bruxelles en novembre 2005, jouée un mois et reprise pour un autre mois en janvier 2007. Cette version continue de tourner en Belgique. Prix du théâtre belge 2006.

Il crée Red Devils (Les Diables Rouges) de Debbie Horsfield au Théâtre des Carmes (festival d'Avignon 2006) et à Alizay (Normandie). Puis le spectacle a été joué au Théâtre 95 à Cergy, à Saint-Denis, Sevran, Pierrefitte. La tournée se poursuit et le spectacle a été présenté au Grand Parquet à Paris, du 11 au 23 décembre 2007, au théâtre municipal de Roanne (Loire) en janvier 2008 et au Lavoir Moderne Parisien en juin 2008.

En novembre 2006, il met en scène Comédie sans titre de Federico Garcia Lorca à l' Académie de cirque Fratellini. Le spectacle a été repris au Théâtre 95, au théâtre de Sevran, et pour 2 semaines au théâtre de Pierrefitte pendant la saison 2007/2008. Parallèlement, il a créé un spectacle cabaret No Pasaran-L'Espagne au Cœur, qui a été joué à Saint-Denis, Aubervilliers et à la fête de l'Humanité.

À la fin de la saison 2007/2008, il a créé une nouvelle pièce de l'auteur de La Femme fantôme, avec les lycéens de Saint-Denis, Lady Cool, Lady Thune, Lady Love et Lady Vine, pièce spécialement écrite pour les jeunes.

Michael Batz est le directeur artistique du Festival Salvador Allende qui s'est déroulé, à Paris et en Ile de France, du 11 septembre au 11 décembre 2008, en célébration du centenaire de la naissance de Salvador Allende. Le festival comprend des expositions, débats et colloques, une journée de cinéma-documentaire, et des concerts de musiciens chiliens de renommé comme : Angel Parra, Inti Illimani, et Quimantu. Sa mise en scène de Chanson pour le Chili a été repris dans le cadre de ce festival et joué au Cabaret Sauvage, à l'Espace Jemmapes, au Théatre Jean Vilar de Vitry, au Dansoir de Karine Saporta, et devant 1200 spectateurs au folies Bergères.

Pour 2009, il va mettre en scène avec sa compagnie la pièce la plus récente de Kay Adshead, Bones (Les os) au Théatre 95-scéne conventionnée, à Cergy.

Expert de la Commedia dell'arte, il a travaillé en Italie presque deux ans avec Feruccio Soleri, Amleto Satori et Dario Fo.

Fort de sa connaissance du théâtre élisabéthain, il a enseigné cette matière à l'université de Londres et dans des écoles de théâtre en Angleterre. Il a aussi enseigné la théorie lacanienne du cinéma à l'université de Londres.

De 2003 à fin 2006, La Compagnie Yorick a été en résidence à L'apostrophe-scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise. De 2006 à l'été 2010, la compagnie à été en résidence avec les villes de Sevran et Saint-Denis. Depuis Octobre 2010 elle est en résidence au Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine (94) pour trois ans. La compagnie est conventionné par la région Île-de-France depuis 2006.

La compagnie est parrainée par Dario Fo et jusqu'à sa mort en 2010 par George Tabori.

 

La Compagnie Yorick - Parcours

La Compagnie Yorick - Théâtre

Michael Batz fonde la compagnie Yorick Internationalist Theatre en Grande-Bretagne, la seule troupe de théâtre internationale, formée d'artistes du monde entier, exilés ou réfugiés pour nombre d'entre eux.

Il a travaillé en contact étroit avec des auteurs comme George Tabori, Bernard-Marie Koltès, Heiner Müller, Gabriel Garcia Marquez, Isabel Allende et Dario Fo, mettant en scène de nombreuses créations de leurs œuvres, étant souvent le premier à apporter ces pièces sur la scène britannique.

Un des premiers grand succès de Michael Batz a été la production au Festival d'Édimbourg (où elle fut récompensée) de la dernière pièce de Federico Garcia Lorca, Comedia Sin Titulo, cinquante ans après l'assassinat de l'auteur. Par la suite, il a remporté d'autres succès dans ce festival avec ses productions des pièces de George Tabori, dont Mein Kampf-Farce.

À ce jour, la plus importante création de Michael Batz a été la première mondiale de la version scénique anglaise de La Maison aux Esprits, le grand roman d'Isabel Allende sur le Chili, qu'il a adapté avec l'auteur et qui a abouti à une extraordinaire production épique en deux parties, racontant, avec émotion, cette histoire importante.

Michael Batz a installé sa compagnie en France en 2001.

Au printemps 2003, la compagnie fait sa première création en France, La Femme Fantôme de Kay Adshead, à L'apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise et au Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis – CDN. Une représentation spéciale a été donnée dans le cadre du Forum Social Européen au TGP, commandé par le conseil général de Seine Saint-Denis. La pièce a été ensuite jouée au Théâtre Vidy-Lausanne en Suisse et au Festival Européen de Stuttgart en Allemagne. Au Lycée Paul Éluard à Saint-Denis le 15 mai 2004 à la demande des élèves; ainsi que dans les centres de vacances CCAS à l'été 2004 ; également à L'artchipel-scène nationale de Guadeloupe; Théâtre de L'Union -CDN; Théâtre municipal d'Alizay; la scène nationale de Bar-Le-Duc; Théâtre Nationale de Toulouse-Théâtre de la Cité, totalisant plus de 100 représentations.

Toutes les représentations de La Femme fantôme, comme en a l'habitude la compagnie ont été accompagnées par des actions culturelles et des interventions scolaires.

La compagnie a dirigé un stage AFDAS de cinq semaines au TGP sur le thème Réalisme fantastique sur scène- L'écriture latino-américaine.

La compagnie a créé également le spectacle Chanson pour le Chili, collage de textes de Pablo Neruda et Victor Jara, à l'occasion du trentième anniversaire du coup d'état contre Salvador Allende, au Théâtre de L'Épée de Bois à la Cartoucherie en 2003 et à L'apostrophe scène nationale de Cergy Pontoise et du val d'Oise en 2004. Le spectacle a été joué dans le cadre d'une carte blanche sur le thème du Chili donné à la compagnie au festival Contre-Courant de la CCAS à Avignon et à la Maison du Off en 2004, à l'invitation du directeur du Festival Public Off.

Entre 2003 et 2005, La Compagnie Yorick a été en résidence à L'apostrophe scène nationale de Cergy-Pontoise et du Val d'Oise. Dans ce cadre elle a fait un travail important d'action culturelle en direction des amateurs, des professeurs, des élèves et des résidents du Val d'Oise.

Parallèlement, la compagnie a commencé à diriger des ateliers en Seine-Saint-Denis. Elle y a poursuivi en partenariat avec l'association Droit Justice et Liberté, la ville de Saint-Denis et le conseil général de Seine Saint-Denis un projet avec les habitants de la ville de Saint-Denis qui a débuté par un spectacle créé au Forum Social Européen en octobre 2004 et qui a abouti à un deuxième spectacle en 2006.

A la rentrée 2004, la compagnie a répondu à une commande à l'occasion des 100 ans du journal L'Humanité en créant Fragments d'Humanités, collage de dix textes d' Aurélie Filippetti, Nathalie Fillion, Carole Frechette, Mohamed Kacimi, Susana Lastreto, Fabrice Melquiot, Eddy Pallaro, José Pliya, Jean-Pierre Siméon, Elsa Solal à présenter à la Fête de l'Humanité et au Forum Culturel du Blanc-Mesnil, au théâtre d'Auxerre, au Théâtre International de Langue Française et à L'Athanor à Albi…

La mise en scène de La Femme fantôme a été jouée pour un mois au Théâtre de Poche à Bruxelles en novembre 2005.

Entre 2006 et 2010, la compagnie était en résidence avec les villes de Saint-Denis et de Sevran (93).

En 2006, à l'occasion de la coupe du monde de football, la compagnie a créé Red Devils de Debbie Horsfield, au théâtre des Carmes à Avignon. Puis le spectacle a été joué au Théâtre 95 à Cergy, à Saint-Denis, Sevran, Pierrefitte, à Alizay (Normandie). Le spectacle a été présenté au Grand Parquet à Paris en 2007, en 2008 au théâtre municipal de Roanne (Loire), au Théâtre de Gauchy et au Lavoir Moderne Parisien.

À l'occasion du 70ème anniversaire de l'éclatement de la guerre d'Espagne, la compagnie a monté Comédie sans titre de Federico Garcia Lorca à l'Académie de Cirque Fratellini à Saint Denis.

Le spectacle a été repris au Théâtre 95, au théâtre de Sevran, et pour 2 semaines au théâtre de Pierrefitte pendant la saison 2007/2008.

Parallèlement, elle a créé un spectacle cabaret No Pasaran-L'Espagne au Cœur, qui a été joué à Saint-Denis, Aubervilliers et à la fête de l'Humanité.

À la fin de la saison 2007/2008, la compagnie a travaillé sur une nouvelle pièce de l'auteur de La Femme fantôme, avec les lycéens de Saint-Denis, Lady Cool, Lady Thune, Lady Love et Lady Vine, pièce spécialement écrite pour les jeunes. L'année suivante, nous avons créé avec le même groupe de jeune une pièce traitant du colonialisme, intitulée Libération ?! , collage de textes d'Aimé Cessaire, Carole Fréchette, Jean-Pierre Siméon…

La compagnie Yorick a organisé la programmation du Festival Salvador Allende qui s'est déroulé à Paris et en Ile de France, du 11 septembre au 11 décembre 2008, en célébration du centenaire de la naissance de Salvador Allende. Ce festival, parrainé par Bertrand Delanoë et Jean-Paul Huchon, comprenait des expositions, des débats, des colloques, une journée de cinéma-documentaire, et des concerts de musiciens chiliens de renommés comme Angel Parra, Inti Illimani, et Quimantu.

La mise en scène de Chanson pour le Chili a été reprise dans le cadre de ce festival et jouée au Cabaret Sauvage, à l'Espace Jemmapes, au Théâtre Jean Vilar de Vitry, au Dansoir de Karine Saporta, et devant 1200 spectateurs aux Folies Bergères.

En 2009, la compagnie Yorick a produit la pièce la plus récente de Kay Adshead, Bones (Les os) au Théâtre 95- scène conventionnée, à Cergy. Bones a été également présentée à Sarcelles et à Goussainville dans le cadre du festival Théâtral du Val d'Oise, ainsi qu'au Théâtre le Figuier Blanc d'Argenteuil, au Théâtre d'Herblay et trois années consécutives au Théâtre de Sevran. La pièce a été présentée récemment à Frepillon (95) et à Gare au Théâtre à Vitry-sur-Seine (94).

En 2010, la compagnie a entamé une nouvelle résidence en compagnonnage avec Le Théâtre Jean Vilar de Vitry-sur-Seine qui coure sur trois ans et quatre saisons. A l'ouverture de la saison, elle a présenté Bones et la Femme Fantôme.

Dans le cadre de sa résidence vitriote, la compagnie a décidé de profiter de la durée pour réaliser des interventions culturelles longues dans les différents espaces sociaux du territoire.

En 2011, la création Working Girls en est le pendant artistique, un spectacle hors les murs composés de 4 monologues de 25 minutes chacun et dissociables; des commandes à 4 auteurs : Rayhana, Isabel Allende, Kay Adshead, Juan Radrigan, présentés dans le cadre de la journée de la femme au SMJ, à la Médiathèque Nelson Mandela, au Cinéma 3 Robespierre et au Lycée Chérioux. Les monologues ont aussi été présentés à Saint-Denis et à Paris.

En 2012, la re-création de la Cie est la pièce d'Antonio Skarmeta Une Ardente Patience.

Mais également, suite à une Masterclass réalisée à l'Artchipel scène nationale de la Guadeloupe, elle créera la Cage pièce d'Ava-gail Gardiner auteur Jamaïquaine, en coproduction avec l'Artchipel scène nationale de la Guadeloupe, ETC Caraïbe et sera en tournée dans les Caraïbes durant un mois à l'automne.

La compagnie est parrainée par Dario Fo et jusqu'à sa disparition en 2009, par George Tabori.

 


© 2008 - 2016 La Compagnie Yorick

création site Internet: netalapage


La Compagnie Yorick - Théâtre

La Compagnie Yorick

site principale

Ardente Patience - Pièce de Théâtre